lundi 18 juin 2012

[Cinéma] "Blanche Neige et le chasseur" de Rupert Sanders


« Blanche Neige et le chasseur » de Rupert Sanders
Distribué par Universal Pictures International France

En quelques mots : Il était une fois dans un pays lointain, une jeune princesse orpheline nommée Blanche Neige. Enfermée par sa belle-mère, la reine maléfique Ravenna dans une des hautes tours du château depuis des années, elle survit grâce à son courage et son contact avec les animaux. Petite fille rebelle, courageuse et belle, ses qualités n’ont fait que grandir durant ses années d’enfermement. Un jour, la Reine suite aux révélations de son miroir magique doit tuer Blanche Neige pour rester la plus belle du royaume et conserver sa jeunesse éternelle. Maline Blanche Neige arrive à s’échapper et se sauver loin du château. La Reine folle de rage lance alors un chasseur à ses trousses…

  • En deux mots : conte & beauté
  • En une question : La beauté seule suffit-t'elle pour se faire aimer de tous ?

Adapté de nombreuses fois au cinéma (source) dont la plus connue par Walt Disney en 1937, "Blanche Neige" le conte des Frères Grimm a connue cette année non pas une mais deux versions. Je n'ai pas vu la version de Tarsem Singh, mais ici, je peux vous dire, oubliez de suite la version du conte de Walt Disney. « Blanche Neige et le chasseur » de Rupert Sanders, dont c'est le premier film, est une relecture moderne et noire du conte des Frères Grimm. Une relecture beaucoup plus proche de la version originale d’ailleurs.

On connaît tous l'histoire de Blanche Neige, ou en tout cas au moins dans ses grandes lignes. Dans cette version de Rupert Sanders, on retrouve avec plaisir l’univers féérique de Blanche Neige et les personnages principaux. Mais on assiste surtout ici à la découverte d'une nouvelle histoire où l'on conserve les points clés mais sous un nouveau jour. Une Blanche Neige plus courageuse, toujours aussi belle, mais au caractère bien trempé qui va pousser son peuple à se battre contre la Reine. Et une Reine noire pour laquelle on finit par ressentir de la compassion. Parce qu’au-delà d’une reine maléfique, elle est aussi une femme qui se révèle être en pleine détresse… Vraiment astucieux et intelligent et qui apporte une valeur ajoutée à cette relecture de Rupert Sanders.  Les célèbres 7 nains eux, sont ici plus que 7 et se font combattifs mais toujours touchants et drôles même si les noms de Grincheux, Joyeux, Dormeur, Prof, Timide, Atchoum et Simplet ne sont pas de la partie... Enfin, la présence du chasseur est ici différente  et très franchement, on ne peut que craquer pour lui. (En tout cas moi oui)^^

Une nouvelle version intéressante et réussie qui aurait peut-être juste méritée un peu plus de rythme, sur des scènes un peu moins longues et des dialogues un peu plus vifs.  Mais, même si quelques étapes du scénario sont un peu facile voir tirés par les cheveux, même si quelques longueurs viennent ralentir le rythme du film et même si quelques scènes peuvent facilement virer à la caricature, si l’on garde son âme d’enfant et que l’on garde à l’esprit que nous sommes dans un conte, on adhère assez vite à l’histoire et au film et l’on s’attache encore plus vite à Blanche Neige.

Attention cependant, je ne conseillerais pas du tout ce film à des enfants de -10 ans, les scènes de combats sont plutôt réalistes, même si peu de sang... Encore une fois ça dépend des enfants, mais beaucoup dans la salle ont été surpris par certaines scènes. Mais surtout les maquillages des personnages dont la Reine aspire la beauté et la vie peuvent être très impressionnant.

Visuellement époustouflant, les effets spéciaux nous embarquent rapidement dans un monde parallèle, un monde de contes et de rêves. Les costumes sont magnifiques, les maquillages et effets de vieillissement sont plus que remarquables. Le monde des fées est vraiment magique, chaque personnage de cette forêt plus mignons les uns que les autres. La tortue, le cerf, et les petits lutins aux regards si craquants. J’ai vraiment beaucoup aimé la beauté de cet univers parallèle à la noirceur du monde de la Reine. Certes un peu enfantin, mais franchement réussi.

Dans la catégorie des réussites, j'ajouterais aussi les changements narratifs et les ajouts ici et là, avec notamment l'enfance de Blanche Neige, l'origine de son nom, ses jeux d'enfants, son meilleur ami, son enfermement, ou encore la façon dont Blanche Neige croque la pomme, même si le sommeil de mort est mal expliqué pour celui qui ne connait pas le conte initial. Vraiment dommage, même si du coup les baisers échangés prennent une dimension supplémentaire pour ceux qui savent ^^.
Belle réussite également la relation de Blanche Neige et du chasseur qui sort du classique : princesse / prince. On est définitivement en 2012 ! ^^. Et la présence subtile du chasseur à la fin...(Love It)

Un mot sur le casting merveilleux de ce film.
Charlize Theron est renversante en reine noire, entre folie, noirceur et détresse... Le maquillage et surtout son jeu m’ont laissé bouche bée plus d’une fois. Kristen Stewart est encore une fois épatante dans ce rôle de Blanche Neige. Admirable dans l’action, elle l’est encore plus dans l’émotion. Elle est totalement cette nouvelle Blanche Neige, pleine d’énergie et de courage, tout en conservant émotion et tendresse notamment lors des rencontres qu’elle peut faire.  Mais surtout elle nous prouve encore une fois une nouvelle palette de jeu, dans l’action cette fois. Elle n’a décidément pas à rougir de sa prestation face à la grande Charlize Theron. Elles sont parfaites toutes les deux de bout en bout et dans leur face à face. Pour les garçons, Chris Hemsworth est une découverte pour ma part, et quelle découverte !! Le rebelle au cœur tendre, sur qui l’on peut compter à tout moment, grande gueule, mais toujours protecteur… On a le cœur qui bat en même temps que Blanche…^^ Ils sont décidément trop mignons ensemble et leur histoire n’entre dans presque aucun cliché. Sous le charme du chasseur, on en est pas moins touché par William le meilleur ami de Blanche Neige lorsqu’elle était enfant incarné par Sam Caflin. Ami fidèle et attirant. Le reste du casting est tout aussi bon avec le frère de la Reine Sam Spruell qui joue parfaitement ce personnage troublé et troublant. Et les nains peut-être pas aussi touchant que dans le Walt Disney, mais franchement sympathiques !! Enfin une mention spéciale pour la petite Blanche Neige enfant, Raffey Cassidy, vraiment incroyable le jeu qu’elle peut avoir à son âge. Et quel regard…

Un vrai coup de cœur donc pour ce film, qui m'a replongé agréablement dans un de mes contes pour enfants sous un nouvel angle. A conseiller à tout ceux qui ont gardé leur âme d'enfant et un peu fleur bleue.
A noter un générique de fin, pour moi de toute beauté. Entre les enchainements visuels et la musique je n’avais pas envie de quitter la salle ^^.

Une suite est annoncé j'ai envie de oui !! Vivement...

Ps : je laisse la surprise, mais écoutez bien les nains ! un vrai touche d’humour et un GROS clin d’œil bienvenue.


En bref : Malgré un scénario un peu léger, un film visuellement très réussi avec un casting à la hauteur de ce conte renouvelé. Efficace et plaisant à voir et à revoir.


P'tites infos + (source):

Premier film
Blanche-Neige et le chasseur est le premier film de Rupert Sanders, ce qui est assez rare pour une production d'une telle ampleur. Avant d'être choisi pour mettre en scène ce film, il avait réalisé quelques spots publicitaires et courts métrages. A noter que c'est également le premier long métrage écrit pour le cinéma par Evan Daugherty. 
NB : Il a l'air plutôt carrément beau gosse non? ^^

Actrice préparée
En préparation de son rôle, Kristen Stewart, l'interprète de Blanche-Neige, s'est entrainée pendant plus de quatre mois à l'équitation. Elle a également travaillé avec une spécialiste pour obtenir un accent anglais convainquant, collant mieux au ton du film. Pour son premier long métrage d'action, l'actrice a également dû s'entrainer dur pour faire elle-même quelques cascades.

Une costumière multi-oscarisée !
La chef-costumière de Blanche-Neige et le Chasseur, Colleen Atwood, est lauréate de pas moins de trois Oscars ! Elle fut récompensée pour son travail sur Chicago (Rob Marshall, 2003), Mémoires d'une geisha (id., 2005), et pour la relecture du roman de Lewis Carroll par Tim Burton, Alice au Pays des Merveilles (2010). 

Jeux de symboles
Les costumes de Blanche-Neige et le chasseur ont été conçus dans la logique du conte des frères Grimm, et en reprenant la portée symbolique de l'histoire. Ainsi, les costumes du roi Magnus (Noah Huntley) arborent les armoiries du monarque, composées notamment de la pomme, symbole de vie et de paix. A l'opposé, les symboles rattachés à la Reine maléfique Ravenna (Charlize Theron) sont liés à la mort, avec un arbre asséché, noir et sans vie.
Trucs et astuces pour "faire un nain"
Une des grandes difficultés du tournage a été de faire en sorte que les scènes avec les nains et les autres personnages soient crédibles. Pour créer la différence de taille, l'équipe utilisa plusieurs techniques et astuces déjà employées sur les films de la trilogie du Seigneur des Anneaux : plates-formes surélevées, doublures, surimpression de visages, etc.


ET donc à découvrir l’histoire originale avec « les contes de Grimm » des Frères Grimm
Pour les 200 ans des Contes des Frères Grimm, une réédition des 27 histoires les plus populaires comme Blanche Neige, Cendrillon, La Belle au bois dormant... accompagnées d'illustrations anciennes.
Les contes des Frères Grimm, de Noël Daniel, éditions Taschen, 29€

Et découvrir le livre tiré du scénario du film : mon avis à venir
"Blanche-neige et le chasseur" de Lily Blake
à partir de 15 ans
Grand Format
Prix : 16 €
272 pages
Sortie le 13 Juin 2012


 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire