mardi 19 mars 2013

[Livre] "Avant toi" de Jojo Moyes




"Avant toi" de Jojo Moyes 
Edité chez Milady Romance


En quelques mots : Louisa, 26 ans est une jeune fille simple qui n'a jamais quitté sa ville natale, ni ses parents. Issue d'un milieu modeste, elle travaille dans un café et fréquente son petit ami depuis 6 ans. Un jour, licenciée et à la recherche d'un nouvel emploi, l'agence pour l'emploi lui recommande un poste inattendu. Tenir compagnie à un tétraplégique et prendre soin de lui...

  • En deux mots :  handicap & choix
  • En 1 question : Et si perdre c’était aussi gagner ?

SPOILERS ALERTES ! 
(mais en même temps pas trop le choix pour vraiment parler du livre)


Grâce au site Babelio et sa masse critique j'ai pu découvrir "Avant toi" de Jojo Moyes et que dire à part : merci...


"Avant toi" est un livre qui marque comme peu de livre le font. Il tire les émotions avec force. Il déborde de sentiments tendres et déchirants. C'est un livre que j'ai refermé profondément bouleversée et changée... Rencontrer Will c’est ne plus jamais être la même après avoir lu ce livre.

Jojo Moyes aborde ici un sujet fort et troublant : le handicap. Elle l'aborde avec beaucoup de délicatesse, d'humour, de bienveillance, de sincérité tout en gardant sa vérité dure et implacable. J'ai beaucoup pensé à "Patients" de Grand Corps Malade au début de ma lecture (mon billet ici)

Lou est une jeune fille simple, elle aime les plaisirs simples de la vie, elle n'a pas d'envie folle, elle veut juste que sa vie soit telle qu'elle l'a toujours connu... Elle a toujours vécu chez ses parents et n'a pas l'ambition de partir à l'assaut du monde, ni même de la ville voisine... Mais un jour le café où elle travaille est vendu. Elle se retrouve au chômage et dans le besoin de trouver très vite un travail pour aider à subvenir au besoin de ses parents, son grand-père, sa soeur et son jeune bébé qui vivent tous sous le même toi. Une famille envahissante mais profondément attachante.

Will, lui est un jeune homme qui dévore la vie à pleine dents. Il vit à 200 km/h, c'est un acharné de travail dans le cabinet juridique qui l'emploie il monte les échelons un à un... Mais un jour Will est percuté par une voiture et se retrouve tétraplégique. Seules sa tête et une main répondent à ses ordres... 2 ans plus tard, Lou est engagée pour lui tenir compagnie. Veiller sur lui...

Ses deux caractères très différents vont alors s'affronter et s'apprivoiser. Elle le surprendra par sa franchise et son calme, lui, lui fera prendre conscience de l'ampleur de ses possibilités...

Will fera à la fois le plus beau des cadeaux et la pire des cicatrices à Louisa/Lou. Un cadeau de la vie, une cicatrice douloureuse qui devient belle. Elle, lui offrira le bonheur qu'il n'attendait plus... Mais est ce suffisant?

Un livre où l’amour rend beau. Où le fauteuil et le handicap s’effacent pour ne jamais oublier qu’au-delà du fauteuil et de ses limites, l’esprit de celui qui repose dessus n’est pas aussi limité. Un livre qui nous rappelle que le handicapé n'est pas celui que l'on croit. Subtilement l'auteure, nous rappelle au fil des pages et de la relation de chaque personnage, Will, Lou, les parents de Lou, les parents de Will, Nathan, l'infirmier, que le valide est bien souvent handicapé face au handicap. Que le valide peut se limiter sans fauteuil. Que l’handicapé peut aussi dépasser les limites d’un fauteuil pour le peu qu’il accepte l’aide de l’autre. Que l'on est tous handicapé, que l'on peut tous l'être un jour... Parce que le roman ne repose pas que sur Will mais aussi sur l'histoire de Lou, qui cache bien des secrets et des silences...

Jojo Moyes au travers de ses personnages, que ce soit Lou ou Will, ses deux héros, nous parle du  handicap et des silences qu’il engendre mais aussi de l’amour qu’il peut générer. Will nous apprend alors qu'aimer l'autre c’est accepter de le perdre.  Qu'aimer l’autre c’est vouloir le meilleur pour lui, même si c'est le pire pour nous. Qu'aimer l’autre c’est faire passer son bonheur avant le sien, l'aimer sans détour pour tout ce qu’il est et ce qu'il n'est pas ou qu'il n'est pas encore…

[SPOILERS!]
Une rencontre bouleversante avec Lou qui s’ouvre peu à peu à la vie grâce à celui qui veut la quitter.
Car attention, pour les âmes sensibles, "Avant toi" c'est aussi et surtout un livre sur un thème difficile : l’euthanasie et le respect de l’autre dans son choix de vie ou de non vie. Au-delà de l’amour que l’on lui porte ou de l’enfant qu’il est aussi pour ses parents. Le respect de son choix. Le respect de ce qu’il est. 

Bien que Jojo Moyes, l’auteure ai la délicatesse de faire naitre des sentiments très forts sans jamais aucun voyeurisme ni aucune facilité. "Avant toi" est un livre terriblement bouleversant pour les sensibles comme moi... J’ai fini les 40 dernières pages dans des sanglots qui pourtant finissent par tirer un sourire les yeux remplient de larmes. Elle met des mots sur des moments très intenses par des mots simples et sincères qui ne peuvent que nous bousculer et nous émouvoir pour en oublier que tout ceci n'est que fiction... Tout en gardant à l'esprit que c'est peut-être, sûrement, l'histoire de beaucoup de personnes...

Pour tout ceux qui ne connaissent pas le handicap ou qui pensent avoir des idées très précises de ce qu'ils souhaiteraient pour eux ou pour les autres "Avant toi" bouscule TOUTES les idées préconçues. Il y a définitivement un "avant" et un "après" AVANT TOI...

ps : la page 474 m'a tiré d'énormes sanglots entre sourire et larmes...


9/10
En bref : Un livre bouleversant qui offre un regard délicat et beau sur le handicap. Handicap physique ou émotionnel. Un livre qui nous rappelle que les limites que l'on a ne sont que celles que l'on se donne ou celles que l'on croit voir ou avoir. Rencontrer Lou et Will est une rencontre inoubliable...


Morceaux choisis / Citations :
"Son intonation avait fait de sa phrase une question. Nous connaissions tous les deux la réponse. J'ai poussé un soupir, puis ramassé mon sac pour rentrer chez moi.
- nom de Zeus, dit mon père. Vous imaginez ça? Comme si ce n'était déjà pas assez dur de finir dans un fauteuil roulant, voilà qu'il récupère notre Lou pour lui tenir compagnie."
"Parfois, il paraissait presque soulagé de constater que quelqu'un était disposé à le rudoyer, à le contre dire ou à lui dire qu'il se comportait comme un mufle."
"Depuis, j'avais appris à déchiffrer les marques autour de ses yeux, ses silences, ses absences."
"Dans son sillage, il avait rapporté les alizés d'un monde plus vaste - et c'était assez séduisant."
"Je sentais la musique comme une chose physique ; elle ne se contentait pas d'entrer dans mes oreilles, elle me traversait, circulait en moi et faisait vibrer tous mes sens.(...) Et mon imagination s'est mise à faire des choses totalement inattendues; je me suis mise à penser à des trucs auxquels je n'avais plus songé depuis des années, à revivre de vieilles émotions, à voir de nouvelles idées fuser de mon esprit comme si ma perception soudain s'étirait de manière infinie. C'etait presque trop mais je ne voulais pas que cela s'arrête. Je voulais rester assise là pour toujours. "
"Le regard de profond soulagement que mes parents ont alors échangé est la chose la plus triste que j'aie jamais vue."
"Les larmes coulaient en silence, et me disaient que quelque chose d'autre s'en allait de moi. La culpabilité. La peur. Et d'autres choses encore, pour lesquelles je n'avais pas encore trouvé de mots."
tous les livres sur Babelio.com

Aucun commentaire:

Publier un commentaire